LES PÉLAGIQUES

    Partagez

    Invité
    Invité

    LES PÉLAGIQUES

    Message  Invité le Dim 8 Avr 2012 - 12:25

    LES PELAGIQUES.

    Wahoo ou Thon Banane
    Nom scientifique : Acanthocybium solandri


    Description : Egalement appelé « thazard bâtard » ou par son nom anglo-saxon « wahoo », le thon banane possède une morphologie allongée et cylindrique, un peu en forme de banane, qui lui vaut sa dénomination. Son corps recouvert de petites écailles arbore une livrée bleu-vert sur le dos qui passe au gris argenté sur le ventre. Les flancs des individus actifs sont souvent zébrés de nombreuses bandes bleu cobalt qui s’étendent jusque sous la ligne latérale. Sa robe vire aux stries bleues électriques sur un fuselage d'acier chromé lorsqu'il veut intimider. Prolongeant un museau pointu, sa gueule est dotée de dents acérées triangulaires, tranchantes comme des lames de rasoirs, qui ne manqueront pas de couper en un rien de temps des bas de ligne ou des empiles non armées.
    : ce poisson pélagique vit essentiellement dans la couche d’eau proche de la surface, rarement à plus de 20 m de profondeur. Il évolue parfois en solitaire (cas de gros sujets), parfois en agrégations peu compactes. Il vit aussi bien en pleine mer qu’aux abords des côtes ; on le rencontre fréquemment autour des DCP et des épaves dérivantes. Ses proies préférées sont les calmars et les petits poissons. Surgissant à la vitesse de l'éclair, il fond dans le banc qui éclate sous l'impact et rate rarement sa proie.
    Défense Parmi les poissons les plus rapides.

    Gabarit : Taille maximale : 2,5 m pour 80 kg environ, avec une moyenne entre 1 m et 1,30 m.
     

    Thazard rayé
    Narrowbarred spanish mackerel

    Nom scientifique : Scomberomorus commerson

    Description : Son corps fuselé et comprimé, de couleur argenté est tigré de stries plus sombres. La ligne latérale décroche vers le bas après l’aplomb de la nageoire dorsale qui ressemble plus à un aileron. Ses petites dents acérées peuvent facilement endommager les bas de ligne. C'est pour cela qu'il est souvent "mal aimé" des pêcheurs, à tort d'ailleurs car il livre une défense nerveuse et rapide qui n'en pas, loin s'en faut, dénuée d’intérêt pour ceux qui aime les sensations fortes.
    Mœurs : Il colonise le milieu pélagique côtier (lagons, pentes récifales) et affectionne aussi les eaux moins salines et plus colorées des estuaires. Souvent isolé mais quelquefois associé à quelques congénères, ce chasseur très rapide s’attaque aux bancs d’anchois, de sardines, de chinchars ou de calamars. Il effectue de longues migrations côtières surtout en période de reproduction.


    Gabarit : Taille maximale : 2,4 m pour 70 kg environ, avec une moyenne entre 90 cm et 1,20 m.
     

     
    Thon à dents de chien
    Dogtooth tuna
     
    Nom scientifique :  Gymnosarda unicolor

    Description : Dénommé « dents de chiens » en raison des grosses canines qui garnissent sa gueule massive, ce thon qui n’en est pas véritablement un, puisqu’il appartient en fait à la famille des scombridés, se caractérise également par ses gros yeux. Son corps est assez allongé et légèrement compressé, mais les plus gros spécimens tendent à s’arrondir en vieillissant. On remarque une ligne latérale ondulatoire sur les flancs. Sa robe gris bleuté sombre sur le dos devient argentée sur le ventre. Le mâle peut prendre une coloration noire au moment de la reproduction.
    Mœurs :  Pélagiques côtiers et féroces prédateurs, les thons dents de chiens circulent souvent en petits groupes de 5 ou 6 individus généralement constitués d’une grosse femelle et de plusieurs mâles plus petits, mais se montrent aussi parfois solitaires. Ils évoluent le long des tombants jusqu’à une centaine de mètres de profondeur, et sur les zones récifales où ils chassent activement. En plongée, il n’est pas rare d’en observer sur des stations de nettoyage autour de récifs, où de petits labres les débarrassent patiemment des parasites. Il se nourrit essentiellement de poissons fourrage.
    Défense : Ne vous y trompez pas : le thon dents de chien est un magnifique combattant et un adversaire parmi les plus prestigieux pour un pêcheur sportif. Sa touche est souvent brutale et se prolonge par un rush effréné, impressionnant de puissance surtout s’il s’agit d’un beau sujet, avant de livrer un combat acharné durant lequel votre adversaire va chercher à rejoindre des obstacles, à changer sans cesse de direction,

    Gabarit :  Taille maximale : 2,5 m pour 130 kg environ, avec une moyenne entre 1 m et 1,5 m.


    Thon albacore
    Yellowfin tuna

    Nom scientifique : Thunnus albaceres

    Description : Aussi couramment appelé « Thon à nageoires jaunes » en raison de la couleur jaune vif caractéristique de ses nageoires, l’albacore possède la corpulence massive des thonidés. Sa robe, de couleur bleu nuit sur le dos, passe par une bande latérale jaune puis à l’argenté sur le ventre où s’étendent en oblique des séries de lignes pointillées blanches.
    Mœurs : Les thons albacore évoluent en milieu pélagique hauturier en bancs parfois immenses d’individus de mêmes tailles mais aussi associés à d’autres espèces (coryphènes, etc.). Ils affectionnent les DCP ancrés ou dérivants. En raison de leur sensibilité aux faibles taux d’oxygène dissous, ils se maintiennent généralement dans ou au-dessus de la thermocline, à moins de 250 m dans les eaux tropicales, où ils chassent activement des poissons fourrage, des crustacés et des céphalopodes.
    Défense : Poisson de sport exceptionnel, le thon albacore est impressionnant de force et de vitesse. Puissant et endurant, récupérant rapidement de ses efforts, il mettra votre matériel et votre physique à rude épreuve.

    Gabarit : Taille maximale : 2,5 m pour 250 kg environ, avec une moyenne entre 1,2 m et 1,5 m.
     
     
    Grande coryphène
    Common dolphinfish
     
    Nom scientifique : Coryphaena hippurus

    Description : La grande coryphène possède un corps étroit et allongé, terminé par une queue jaune nettement fourchue. Sa longue nageoire dorsale, continue, s’étend de l’arrière de la tête jusqu’au pédoncule caudale. C’est un poisson étonnant. Il existe tout d’abord  une différenciation sexuelle au niveau de la forme de la tête : les mâles ont un front vertical très haut, tandis que les femelles ont un profil de tête plus arrondi. Par ailleurs, les couleurs de la robe changent rapidement en fonction de son humeur. Elle est bleu argenté quand elle est calme et devient vert doré / jaune vif lorsqu’elle est excitée ou en train de se débattre au bout d’une ligne. Juste avant d’attraper sa proie, elle se pare d’une livrée tigrée qui témoigne de son niveau d’agressivité.
    Mœurs : La grande coryphène est un poisson pélagique qui vit au large, généralement dans la couche des 20 mètres depuis la surface. Elle se déplace beaucoup. Son comportement agrégatif très prononcé l’amène à s’associer inéluctablement aux objets flottants naturels ou artificiels (DCP). Évoluant en groupe, elle se nourrit de toutes sortes de poissons, de crustacés et de calmards, mais consomme aussi du zooplancton. Enfin, ce poisson présente une croissance exceptionnellement rapide (allant jusqu’à 7 cm par semaine !) et une maturité sexuelle très précoce, avec une forte capacité de reproduction.
    Défense : Le combat avec une grande coryphène est toujours un moment exaltant. Vive et tonique, elle nage vigoureusement sous la surface en changeant rapidement de direction et ponctuant ses déplacements de plusieurs sauts.

    Gabarit : Taille maximale : 2,10 m pour 40 kg environ, avec une moyenne entre 1 m et 1,2 m.
     

    Espadon Voilier
    Sailfish
     
    Nom scientifique : Istiophorus platypterus

    Description : Outre son rostre proéminent, le voilier se caractérise par une immense nageoire dorsale, qui s’élève comme une grande voile sur la majeure partie de son dos. Ses nageoires pelviennes sont très longues et sa caudale est nettement fourchue. Son corps, très allongé et compressé latéralement, est recouvert d’écailles fines. Le dos est de couleur noir avec une vingtaine de bandes verticales composées de taches bleutées qui, après une rapide transition dorée, laisse apparaître un ventre argenté.
    Mœurs : Bien qu’il puisse parfaitement voyager en haute mer, le voilier se rencontre fréquemment près des eaux côtières, où il évolue au-dessus de la thermocline. Chassant fréquemment près de la surface, il se déplace souvent en groupe de quelques individus de taille semblable, plus rarement seul. Il se nourrit de poissons et de céphalopodes.
    Défense : Une grande partie de l’art de sa pêche, surtout aux leurres, consiste à savoir manœuvrer la ligne pour assurer le ferrage. C’est un régal que de se mesurer à ce superbe combattant, dans une joute toute en élégance. Le voilier ponctue ses élans de sauts spectaculaires. Chronométré jusqu’à 110 km/h, c’est le poisson le plus rapide au monde !

    Gabarit : Taille maximale : 3,5 m pour 100 kg environ, avec une moyenne entre 1,7 m et 2,3 m (hors rostre).
     

    Espadon
    Swordfish
     
    Nom scientifique : Xiphias gladius

    Description : Ce poisson singulier se caractérise tout d’abord par un corps allongé mais trapu quasiment comme celui d’un thon, un aileron dorsal ressemblant à celui d’un requin et un long rostre aplati comme un glaive, dont il se sert avec précision pour déséquilibrer ses proies. Le dos est gris brun tandis que la partie ventrale est gris argenté. On note l’absence de nageoires pelviennes. Ses yeux de grandes tailles traduisent sa capacité la nuit ou dans l’obscurité des grandes profondeurs.
    Mœurs : Présent dans la plupart des mers du globe, l’espadon se rencontre, grâce à sa tolérance thermique, dans une large gamme de profondeurs, allant de la surface à plusieurs centaines de mètres de fond. Restant dans les profondeurs durant le jour, c’est un redoutable prédateur qui monte en surface la nuit pour y chasser. Ce comportement alimentaire à prédominance nocturne explique le fait que l’espadon demeure une prise exceptionnelle et rare en journée. Il apprécie les poissons et les calamars sont pour lui de véritables friandises. Généralement solitaire, il effectue de grandes migrations pour trouver des zones de nourrissage.
    Défense : Pour le pêcheur adepte du « big game », Xiphias gladius reste probablement le poisson de sport le plus mythique. Il reste très difficile à attraper au leurre, sans doute en raison de son excellente vision et de ses mœurs nocturnes.

    Gabarit : Taille maximale : 4,5 m pour 600 kg environ, avec une moyenne entre 2 m et 3 m (hors rostre).
     

    Marlin bleu
    Blue marlin
     
    Nom scientifique : Makaira mazara (Marlin bleu de l’Indo Pacifique)
     
    Description : Sa taille impressionnante, son corps massif recouvert d’écailles dures, son long rostre rond et sa grande nageoire caudale en forme de croissant de lune constituent les principales caractéristiques de ce seigneur des océans. La coloration bleu foncé du dos change au milieu des flancs pour devenir bleu argenté sur les flancs puis blanc argenté sur le ventre. De fines barres verticales, plus sombres, se répartissent régulièrement tout le long de son corps élancé.
    Mœurs : Le marlin bleu fréquente les eaux hauturières océaniques où il effectue des migrations saisonnières pour trouver les meilleures conditions de développement et de reproduction. Ce grand pélagique évolue en petits groupes voire en solitaire pour chasser poissons et céphalopodes, qu’il déséquilibre avec son rostre. Il s’approche rarement des côtes mais il évolue fréquemment à proximité des tombants importants. Les plus gros individus sont des femelles.
    Défense : Extrêmement rapide et puissant, Ses rushs impressionnants de vitesse et de force, rythmés par des changements permanents de direction, lui permettent de sauter ou de sonder en profondeur.

    Gabarit : Taille maximale : 5 m pour 900 kg environ, avec une moyenne entre 3 m et 4 m (hors rostre).
     

    Marlin noir
    Black marlin
     
    Nom scientifique : Makaira indicus

    Description : Autre grand seigneur des océans, le marlin noir affiche un gabarit et une morphologie très proches de celle du marlin bleu. Il s’en distingue toutefois au niveau de la coloration de sa robe, bleu nuit presque noire sur le dos tandis que le ventre est blanc argenté, et par l’absence de rayures sur les flancs. Sa longue nageoire dorsale s’étend sur pratiquement tout le long du corps. Ses nageoires pectorales présentent les particularités d’être arquées et rigides (elles ne se replient pas sur le corps).
    Mœurs : Grand prédateur hauturier, qui effectue régulièrement de grandes migrations, le marlin noir se rencontre en pleine mer, autour des îles océaniques et dans les zones de tombants plus ou moins proches des côtes. Il évolue généralement en solitaire, mais peut se rencontrer en groupe de quelques individus, au-dessus de la thermocline, visite les objets flottants, les cassures de relief et chasse souvent à proximité des bancs de thons à la recherche des petits thons, bonites, coryphènes, calamars.
    Défense : C'est un des plus prestigieux adversaires "big game". A la touche, le marlin noir effectue des sauts impressionnants en tapant son rostre à la surface pour essayer de se libérer. Aussi rapide que vigoureux, ce vaillant combattant vous fait subir des élans fougueux interminables. Au début, le combat a souvent lieu près de la surface, le rendant spectaculaire et très sportif,

    Gabarit : Taille maximale : 4,6 m pour 750 kg environ (record), avec une moyenne entre 70 kg et 200 kg.
    avatar
    Kyenne

    Messages : 182
    Date d'inscription : 20/04/2012
    Age : 51
    Localisation : France - Azay le Rideau

    Re: LES PÉLAGIQUES

    Message  Kyenne le Mar 15 Mai 2012 - 22:13

    Ta présentation est parfaite...mais trouve que ça manque de commentaires!
    J'ai eu l'occasion de pêcher aussi un marlin rayé et j'ai partage la joie d'un pêcheur sur un bateau pour la prise d'un marlin blanc!
    Certains connaissent ils ces espèces pour nous en parler?
    avatar
    Kyenne

    Messages : 182
    Date d'inscription : 20/04/2012
    Age : 51
    Localisation : France - Azay le Rideau

    Re: LES PÉLAGIQUES

    Message  Kyenne le Mar 15 Mai 2012 - 22:23

    Kyenne a écrit:Ta présentation est parfaite...mais trouve que ça manque de commentaires!
    J'ai eu l'occasion de pêcher aussi un marlin rayé et j'ai partage la joie d'un pêcheur sur un bateau pour la prise d'un marlin blanc!
    Certains connaissent ils ces espèces pour nous en parler?
    Je précise que le marlin rayé était de taille moyenne, environ 150lbs estime avant relâche, pêche dans le canal de sainte Lucie caraïbes.
    Le blanc était plus petit avec une rostre plus court, je dirais maxi 100 lbs, mais il n'était pas au bout de ma canne! Pêche aussi dans ce même canal de sainte Lucie. Smile

    Pierre

    Messages : 2593
    Date d'inscription : 13/05/2012
    Age : 59
    Localisation : Istres 13800
    , : la mer, la pêche , les potes.
    Humeur : excellente.

    Re: LES PÉLAGIQUES

    Message  Pierre le Dim 4 Nov 2012 - 15:25

    Une vidéo instructive sur la thon rouge de l’Atlantique:
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Spuntale

    Messages : 2688
    Date d'inscription : 12/04/2012
    Localisation : corse

    Re: LES PÉLAGIQUES

    Message  Spuntale le Dim 4 Nov 2012 - 15:40

    Passionnant ..merci beaucoup

    Contenu sponsorisé

    Re: LES PÉLAGIQUES

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov 2017 - 17:29